Interdits en France depuis l’embargo européen de juin 2014, vingt-cinq vins de Crimée ont été goûtés le 15 décembre à la résidence de l’ambassadeur de Russie, à Paris, lors d’une soirée de dégustation.

Le président russe Vladimir Poutine dans une cave du domaine de Massandra, en Crimée, le 11 septembre 2015.

Pour parvenir jusqu’aux tables de l’ambassade parisienne de Russie, vingt-cinq cuvées venues de Crimée pour être servies à des invités triés sur le volet ont dû voyager par valise diplomatique. Depuis dix-huit mois, les vins de cette région sont interdits en France. A la suite du rattachement de la Crimée à la Russie, le Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne a interdit l’importation de marchandises originaires de la région à compter du 25 juin 2014.

La Crimée produit des vins depuis plus de trois mille ans, avec une formidable explosion sous le règne du tsar Nicolas II, amoureux de beaux flacons. Aujourd’hui, les vignobles sont regroupés dans la région de Massandra, près de Yalta, à l’extrême sud, un bord de mer où le climat, très méditerranéen, favorise la production de vins sucrés, souvent mutés. Il s’en vendait quelques centaines de bouteilles en France chaque année, à des amateurs avertis.

La dégustation chez l’ambassadeur russe était organisée par Michel-Jack Chasseuil, un grand collectionneur de vins anciens. Retraité des industries Dassault, il possède entre autres un millier de vins de Crimée, achetés patiemment depuis 1997. « Jusqu’à l’an dernier, j’y allais au moins deux fois par an. On me connaît bien à la cave de Massandra. J’y achetais régulièrement des bouteilles de la réserve personnelle du tsar. La dernière date d’ailleurs de 1894. Mais cette année, tout a changé. »

Il a d’abord fallu obtenir un visa « et ce n’était pas simple ». Une fois sur place, il prépare ses emplettes, mais surprise : « Les cartes de crédit françaises sont bloquées là-bas ! Impossible d’acheter la moindre bouteille. » De toute façon, il lui aurait été interdit de les rapporter en France. Pour autant, Michel-Jack Chasseuil n’a pas renoncé. « Pour moi, ce sont les plus grands liquoreux du monde, je me donne comme mission de les faireconnaître en France. »

Le gratin des dégustateurs

Il fait part de son désappointement au ministre de l’agriculture de Crimée, qui fait envoyer gracieusement des caisses au siège du ministère moscovite, qui l’achemine à son tour vers l’ambassade à Paris, contre la promesse d’une soirée réunissant le gratin des dégustateurs.

Comme les vins ne peuvent pas sortir de l’ambassade, ce sont les invités qui viennent. Parmi la petite centaine de convives réunis ce soir-là, le meilleur sommelier du monde Olivier Poussier, les producteurs Loïc Pasquet (Liber Pater) et Gérard Chave, le sénateur Jean Bizet ou encore Laurent Dassault. Au menu, vingt vins des caves de Massandra et cinq cuvées de la vallée du Soleil – les œnologues invités sont, eux, restés bloqués en Crimée faute de passeport valide.

Si les amateurs se sont extasiés sur la qualité des vins, la dégustation n’a pas réjoui tout le monde : les mouvements de soutien à l’Ukraine ont dénoncé sur les réseaux sociaux cette soirée « à base de vins volés ». En septembre dernier, le parquet ukrainien a ouvert une enquête judiciaire pour « appropriation de biens publics » après la dégustation par Vladimir Poutine et l’ex-premier ministre italien Silvio Berlusconi d’un xérès datant de 1775 lors de leur visite dans la péninsule de Crimée, une des cinq bouteilles du cœur de la collection de Massandra. Trois jours après la soirée à l’ambassade, l’Union européenne a voté la prolongation des sanctions économiques pour six mois supplémentaires.

Récompensé par le prix Nobel pour sa transition démocratique, le pays applique encore des lois héritées de la dictature qui permettent la détention de milliers de personnes.

Dans la nouvelle démocratie tunisienne, tout consommateur ou détenteur «de plantes ou matières stupéfiantes» «à usage de consommation personnelle» encourt une lourde peine d'emprisonnement et une amende.

Ils sont la mauvaise conscience de la transition démocratique tunisienne. Et le caillou dans les mocassins d’un Prix Nobel de la paix. Ala Eddine Slim, Fakhri El-Ghezal et Atef Maatallah sont trois artistes tunisiens, âgés de 30 à 35 ans, porte-drapeau de cette nouvelle génération qui ne s’est pas faite à l’idée que le « printemps » de 2011 était une parenthèse close. Au moment où leur pays s’enorgueillit d’avoir été couronné par le comité d’Oslo pour la réussite de sa démocratisation, seule « révolution arabe » à avoir survécu, les trois jeunes gens ont été condamnés à Nabeul (nord-est), le 25 novembre, à un an de prison et 1 000 dinars (450 euros) d’amende pour… détention de stupéfiants.

La sentence a fait l’effet d’une douche froide en Tunisie, où Ala Eddine Slim, Fakhri El-Ghezal et Atef Maatallah sont connus pour leur œuvre tout autant que pour leur combat contre l’archaïsme des politiques du ministère de la culture. Lundi 21 décembre, rebondissement : saisi en appel, le tribunal de Nabeul les acquitte.

Mais l’affaire est emblématique. Elle illustre à quel point la démocratie est fragile, incertaine, paradoxale en Tunisie. Un mélange de vraies percées – en particulier pour la liberté d’expression –, de lois coercitives conservées de l’ancien régime et, dans certains cas, de franches régressions.

Le 10 décembre, la condamnation à trois ans d’emprisonnement de six étudiants de Kairouan (centre) pour homosexualité avait ajouté à l’inquiétude des milieux de défense des droits de l’homme en Tunisie.

Entre anti-terrorisme et archaïsme

Dans le cas des trois artistes de Nabeul, l’affaire de stupéfiants se mêle à un contexte sécuritaire de lutte antiterroriste, dans un cocktail révélateur de l’air du temps. Le 19 novembre, Atef Maatallah, peintre et dessinateur, et Fakhri El-Ghezal, photographe et plasticien, rendaient visite à leur ami Ala Eddine Slim, réalisateur, dans sa maison de Nabeul.

Les trois artistes portent la barbe bohème. Problème : dans la Tunisie de 2015, confrontée à une série sans précédent d’attentats djihadistes, qui ont fait un total de 72 morts, la crispation sécuritaire est telle que porter la barbe est devenu suspect, surtout quand l’attribut est le fait d’un groupe. Aussi le va-et-vient régulier de barbus dans la maison d’Ala Eddine Slim a-t-il apparemment attiré l’attention de certains riverains soupçonneux. Tout indique que la maison était déjà surveillée par la police. Et lorsque ce 19 novembre, les amis de passage sortent de la voiture une valise à caméra, le détail semble précipiter les choses. Une quinzaine de policiers foncent sur la maison, pensant démanteler une cellule terroriste. Ils ne découvrent qu’une bande de créateurs en train de boire de la bière.

Condamnés le 25 novembre à un an de prison et 450 euros d’amende pour possession de drogue, le cinéaste Ala Eddine Slim et deux de ses amis ont été acquittés en appel.

Le mobile politique s’effondre. Mais la police et la justice en Tunisie disposent d’une redoutable arme juridique pour se rattraper : la fameuse loi 92-52. Communément appelée « loi 52 », cette disposition du code pénal prévoit une peine de un à cinq ans de prison et une amende oscillant entre 1 000 et 3 000 dinars contre tout consommateur ou détenteur « de plantes ou matières stupéfiantes » « à usage de consommation personnelle ». Sommés de se livrer à un test d’urine, les trois artistes refusent afin de « garder le contrôle de leur intégrité physique », rapporte le documentariste Belhassen Handous, qui se mobilise avec d’autres pour dénoncer cette affaire. Incapable de prouver la « consommation » de drogue, le tribunal de Nabeul condamne néanmoins Ala Eddine Slim, Fakhri El-Ghezal et Atef Maatallah pour « détention ».

Lire aussi (édition abonnés) :En Tunisie, un raidissement sécuritaire généralisé

11 000 prisonniers victimes de la “loi 52”

L’acquittement du 21 décembre ne règle pas la question de fond : le maintien de cette loi 52 dans une Tunisie censée établir sa démocratie. « Cette loi régressive adoptée en 1992 avait clairement pour objet de contrer les adversaires de Ben Ali, commente Yosra Nafti, l’épouse d’Ala Eddine Slim. Il faut espérer que cette affaire va vraiment fairebouger les choses et que cette loi finira par être abrogée. »

Selon les Nations unies, la moitié des 13 000 personnes en détention provisoire et le tiers des 11 000 prisonniers en Tunisie ont été arrêtés en vertu de cette loi anti-toxicomanie. Les partisans de son abrogation mettent en avant l’effet destructeur d’une telle politique pénale sur toute une jeunesse, exposée au cauchemar carcéral pour un simple joint. Face à leur mobilisation, les promesses d’hommes politiques et de certains ministres de la justice n’ont pas manqué. Aucun n’a pourtant eu le courage de joindre l’acte à la parole, nourrissant une profonde amertume au sein de la société civile tunisienne. « L’ancien régime est de retour, dénonce Belhassen Handous. On assiste

à une régression des libertés. Une chape de plomb est en train de s’abattre au nom de la lutte antiterroriste. »

Lire aussi : En Tunisie, les homosexuels encourent toujours la prison

Benki Piyako n’a pas attendu la COP21 pour défendre l’environnement. Il a parcouru la planète pour alerter sur la déforestation de sa région natale, l’Amazonie, prôner la protection des terres et la sauvegarde des savoirs indigènes.

Benki Piyako a reçu le prix des droits de l'homme en 2013, à Weimar, en Allemagne.

Il avait décidé de venir jusqu’à Paris pour défendre la terre lors de la COP21. Mais il a renoncé. « On a tué beaucoup de gens », dit-il, lapidaire, en évoquant les attentats parisiens du 13 novembre. L’Indien Benki Piyako n’imaginait pas parler des ravages de la pollution en entendant au loin le bruit des bombes, en Syrie. Cacique du peuple Asháninka, population indigène de l’Amazonie répartie entre le Brésil et le Pérou, ce quadragénaire est le fils d’une Blanche, descendante de seringueiros (récolteurs de latex), et d’un chef indien. Il est surtout devenu au Brésil un acteur majeur de la défense de l’environnement, en lutte contre les absurdités du monde moderne. « Une figure dans la région », souligne l’anthropologue Marcelo Piedrafita.

A 18 ans, il se lève contre le “crime écologique”

Nous avons rencontré Benki fin novembre à Marechal Thaumaturgo, petite ville d’agriculteurs modestes, à une journée de bateau de l’aéroport de Cruzeiro do Sul, dans l’Etat d’Acre. Assis sur une chaise en plastique, assommé par la moiteur de l’été tropical, il nous a raconté le parcours qui a fait de lui une voix de la nature. « Une longue histoire », a-t-il prévenu. Né dans la forêt, il a connu son premier choc en 1992. Pour se rendre au Sommet de la Terre à Rio et défendre son peuple attaqué par les coupeurs de bois, les éleveurs de bétail et les trafiquants de drogue, Benki a pris l’autobus. « Je voulais voir. » Mais ce qu’il a vu n’était rien d’autre qu’« un grand désastre », juge-t-il. Sur le chemin, les villes au béton sali, les fleuves à l’odeur répugnante, les kilomètres de terre saccagée, de forêt dévastée. A Rio, du haut de ses 18 ans, il explique aux grands de ce monde que « l’homme mourra de son propre venin ».

Vingt ans plus tard, son pays vient de vivre l’une de ses pires catastrophes écologiques. Une avalanche de boue toxique a englouti plusieurs villages de l’Etat du Minas Gerais et coule maintenant dans le fleuve Rio Doce pour se déverser dans la mer, asphyxiant les poissons, tuant les tortues, polluant les fonds. Il faudra dix ans, pensent les experts, pour réparer les dommages. A l’origine, la rupture de deux barrages construits par le groupe minier Samarco, détenu par les géants brésilien Vale et anglo-australien BHP Billiton. L’entreprise est accusée d’avoir sacrifié la nature pour quelques points de rentabilité. « Le fleuve est contaminé. Ce qui arrive n’est malheureusement pas une surprise », soupire Benki, dénonçant « l’irresponsabilité des industriels », auteurs d’un « crime écologique ».

1992 n’a pas été que l’année du Sommet de la Terre à Rio. Pour le peuple Ashaninka, anéanti à près de 80 % à la fin du XIXe siècle, elle a été synonyme d’une victoire : ils ont obtenu la reconnaissance de leur territoire. Leur terre est aujourd’hui protégée par la Funai [la Fondation nationale de l’Indien, un organisme gouvernemental brésilien, NDLR], mais elle n’en reste pas moins assaillie par les trafiquants de bois précieux venus du Pérou. Au début des années 2000, Benki a remis ses peintures de guerre pendant cinq ans, avec son père et ses six frères et sœurs. Il a parcouru la planète, contacté Greenpeace, s’est rendu à Brasilia et a fini par l’emporter. « Tout le monde voulait me tuer », raconte-t-il.

“C’est un être rare. Opérationnel, honnête. Il donne confiance.” Tristan Lecomte, fondateur de PurProjet, organisation pour la reforestation

Depuis, Benki partage son temps entre différents projets de reforestation menés avec le soutien de PurProjet, une organisation financée par de grandes entreprises. L’un des sites, le centre Raio do Sol (« rayon du soleil ») est géré par l’association Apiwtxa, Jovens guerreiros da paz e da floresta, les jeunes guerriers de la paix et de la forêt. Des adolescents blancs, noirs ou métisses que Benki tente de soustraire à la tentation du trafic de cocaïne qui séduit les enfants désœuvrés. « Ils sont le futur et maintenant, ils sont avec moi. »« C’est un être rare », dit de lui Tristan Lecomte, fondateur de PurProjet qui a été séduit par son travail avec les jeunes. « Opérationnel, honnête. Il donne confiance », dit-il.

Quand il ne débroussaille pas dès l’aube, ce père de deux enfants de 6 et 18 ans offre des remèdes aux malades du village. Ce jour-là, une vieille femme est venue chercher l’herbe qui vaincra ses rhumatismes. « Il y a aussi des plantes contre le diabète, le cholestérol », explique l’Amérindien. Soigneur, confident, Benki convie aussi une partie du village à des veillées « ayawaska », une plante hallucinogène utilisée par les chamanes et connue pour ses vertus curatives. « Afin de rééquilibrer son esprit », dit-il. Benki Piyako a travaillé plusieurs années avec un chercheur de la prestigieuse université de São Paulo (USP) pour recenser les savoirs de son peuple et les enseigner aux générations futures.

Benki Piyako explique les projets de protection de la nature menés avec l’organisation PurProject (janvier 2014)

Récompensé du prix des droits de l’homme pour la défense de son peuple au Brésil, Benki n’a rien de la vision romantique et désuète d’un grand chef à plumes affolé par la technologie. Il s’accommode du capitalisme tout en s’en démarquant. Le village des Ashaninka dispose d’une connection Internet, notamment pour prévenir les militaires brésiliens en cas d’attaques de trafiquants. L’Indien a aussi une page Facebook créditée de plus de 800 amis, et son téléphone portable sonne en permanence. Lorsqu’il est las de répondre, son assistante Naiana Gomes Bezerra prend le relais. Défendre la planète est un job à plein temps. S’il n’est pas allé à Paris, il ira à Rio, São Paulo et ailleurs pour fairecomprendre aux arrogants que « l’eau que l’on boit vient du fleuve et que la nourriture que l’on mange vient de la terre ».

Lire aussi :En Amazonie, les Asháninka, guerriers de la paix et de la forêt

Lire aussi : COP21 : le Brésil promet d’éradiquer la déforestation illégale en Amazonie

Dans le monde entier, les soutiens au blogueur saoudien condamné à dix ans de prison et 1 000 coups de fouet pour « injures envers l’islam » se mobilisent. Le prix Sakharov pour la liberté d’expression, décerné par le Parlement européen, vient de lui être remis par l’intermédiaire de son épouse.

C’est une vidéo volée, filmée par un trou de souris, entre l’épaule d’un spectateur et la nuque d’un autre (voir ci-dessous). Elle montre un homme de dos, en chemise blanche et pantalon noir, en train de se fairebattre par un policier, au milieu d’un attroupement. La scène se déroule devant une mosquée de Djedda, sur la côte ouest de l’Arabie saoudite, au mois de janvier 2015. « Il parlait d’Allah et du Prophète », commente une voix d’homme. « Il aurait dû être décapité », poursuit une autre.

L'élan de mobilisation internationale en faveur de Raef Badawi (ici à Rome) a, pour le moment, empêché la poursuite des séances de flagellation.

Le châtiment est administré à l’aide d’un bâton effilé, semblable à une baguette mais en plus long, qui vise d’abord les jambes puis le dos du condamné. Vingt, trente, quarante… Les coups pleuvent en faisant un petit bruit sec. Au cinquantième, la bastonnade se termine sous les applaudissements de la foule. Elle a duré quarante secondes. L’homme à la chemise blanche est resté debout pendant toute la séance.

Libre-penseur, animateur d’un forum en ligne

Il s’appelle Raef Badawi. Ce libre-penseur de 31 ans, animateur d’un forum de débat en ligne, a été condamné en mai 2014 à dix ans de prison et à 1 000 coups de fouet, distribués en vingt séances de 50 coups chacune : la vidéo a été prise lors de la première.

Sur son site de discussion, Free Saudi Liberals (Libérez les Saoudiens libéraux), l’impertinent Raef tournait en dérision la Mouttawa, la police religieuse, et publiait des affirmations aussi subversives que « musulmans, chrétiens, juifs et athées sont tous égaux ». De quoi nourrir une condamnation pour « insultes envers l’islam » dans le pays des deux mosquées sacrées (La Mecque et Médine), où l’islam wahhabite, ultrarigoriste, ne souffre aucune contestation.

Depuis ce verdict et, surtout, depuis la sinistre vidéo du 9 janvier, les appels à la clémence se multiplient. A chacun son style. Les capitales occidentales, dont certaines entretiennent des relations très étroites avec le royaume saoudien, s’expriment avec parcimonie, à mots choisis, en privilégiant les démarches discrètes aux déclarations fracassantes. C’est le cas de Paris, qui a fait des pétrodollars saoudiens la cible de prédilection de sa diplomatie économique.

Raef Badaoui « n’a fait qu’user de son droit à la liberté d’expression. Il a comblé une lacune dans son pays concernant la liberté de la presse », a déclaré le président du Parlement, Martin Schulz lors de la remise du prix Sakharov, mercredi 16 décembre à Strasbourg. Sa femme Ensaf Haidar a reçu le prix en son nom.

Les militants de la société civile et les organisations de défense des droits de l’homme n’ont pas ces pudeurs. Sur Internet, un immense élan de solidarité est né. En l’espace de quelques mois, le blogueur emprisonné a reçu pas moins de sept prix pour la liberté d’expression, dont le plus prestigieux d’entre eux, le prix Sakharov, décerné par le Parlement européen. Un parlementaire norvégien a même proposé de lui remettre le prix Nobel de la paix, en même temps qu’à son avocat, Waleed Abou Al-Kheir, autre critique du clergé wahhabite, également emprisonné.

Lire aussi : Samar Badawi, l’effrontée de l’Arabie saoudite

Une mobilisation qui a porté ses fruits : la seconde séance de flagellation a été repoussée sine die au motif que l’état de santé de Raef Badawi ne le permettait pas. Un prétexte destiné à dissimuler la reculade du royaume. Le roi Salman, arrivé au pouvoir au début de l’année, répugnait visiblement à entacher le début de son règne par un scandale international.

Mais sur le fond, Riyad n’a pas fléchi. En juin la Cour suprême saoudienne, saisie par les défenseurs du jeune homme, a confirmé la peine initiale. Le mois de Ramadan, propice aux pardons, s’est achevé mi-juillet sans la moindre avancée. A tout moment, les coups de trique peuvent donc recommencer.

Dans les cercles dirigeants saoudiens, la mobilisation des Occidentaux en faveur de Badawi provoque des réactions presque aussi épidermiques que celle concernant l’interdiction faite aux femmes de conduire. Le royaume rejette avec un agacement croissant ce qu’il considère comme une « ingérence dans ses affaires intérieures ».

.@Europarl_EN awarding #SakharovPrize to @raif_badawi exposes EU silence on #Saudi human rights abuses https://t.co/UpWjTQmQYT #FreeRaif

— AmnestyEU (@Amnesty EU)

Le Prix Sakharov décerné par le Parlement européen à Raef Badawi met en lumière le silence de la Communauté européenne sur le problème des droits de l’homme en Arabie saoudite, dénonce ce tweet d’Amnesty International, le 16 décembre 2015

Les libéraux saoudiens ne sont eux-mêmes pas toujours très à l’aise avec ces pressions. « Elles risquent de porter tort aux Saoudiens qui poussent discrètement pour la libération de Raef, estime le sociologue Khalid Al-Dakhil. Le gouvernement ne cédera pas à une demande extérieure. »

Selon son épouse, Ensaf Haidar, qui vit en exil au Canada avec leurs trois enfants et a reçu, le 16 décembre, le prix Sakharov à la place de son mari, celui-ci a commencé une grève de la faim à la mi-décembre. Le pouvoir saoudien n’a pas fini d’entendre parler de sa bête noire.

Des images de la flagellation de Raef Badawi

La chancelière allemande est passée du statut de dame de fer à celui de “Mutti” en se montrant aussi ferme dans ses négociations avec la Grèce que dans sa volonté d’accueillir les réfugiés.

Angela Merkel avec Barack Obama à Krün, en Bavière, lors du Sommet du G7, le 8 juin 2015.

A t-elle dépassé ses propres frontières ? Longtemps louée par ses pairs et ses concitoyens pour son implacable rationalité, Angela Merkel a, paradoxalement, été élue « personnalité de l’année » par le magazine américain Time pour avoir pris l’une de ses décisions les plus surprenantes depuis son arrivée au pouvoir, en 2005 : l’accueil sans limite de réfugiés à partir du mois de septembre 2015.

De Bagdad à Kaboul, la chancelière allemande a fini par apparaître comme une héroïne. Elle est devenue celle qui ouvre aux persécutés les portes d’un des pays les plus prospères du monde. Plus d’un million de réfugiés ont déposé en 2015 une demande d’asile en Allemagne, contre environ 200 000 les années précédentes. Sa décision n’est pas qu’une bravade, elle découle d’une véritable vision du monde à venir.

Une certaine vision de la mondialisation

Elevée en Allemagne de l’Est, la chancelière sait mieux que quiconque qu’aucun mur ne résiste à la pression populaire. Pour cette fille de pasteur, les 500 millions d’Européens ne peuvent plus se permettre d’ignorer la misère et les souffrances à leur porte. La pression des réfugiés politiques et économiques aujourd’hui et des réfugiés climatiques demain est devenue telle que murer durablement l’Union n’est pas une solution.

Par ailleurs, aux yeux d’Angela Merkel, adepte du libre-échange économique et de la libre circulation des personnes, ces réfugiés incarnent, à leur corps défendant, la mondialisation. En en accueillant des milliers, l’Allemagne paie finalement son dû à une globalisation qui, depuis des décennies, fait la fortune du made in Germany.

Angela Merkel fait un selfie avec un réfugié reconnaissant, lors d'une visite dans un camp de demandeurs d'asile à Berlin, le 10 septembre 2015.

Ce faisant, elle a pris un risque politique considérable. Portée aux nues par la presse internationale, pressentie un temps pour le Nobel de la paix, elle se retrouve de fait sur la défensive. Si une partie des Allemands, notamment les chefs d’entreprise, voient d’un bon œil ces réfugiés qui peuvent, à moyen terme, combler le déficit démographique du pays, d’autres s’inquiètent.

“Tous mes amis sont partagés. D’un côté, ils sont pour l’accueil des réfugiés, de l’autre, ils disent que c’est une folie.”Un responsable de la Fondation Friedrich-Ebert

Les plus modestes craignent une baisse de leurs prestations sociales. Même les plus optimistes jugent l’arrivée de centaines de milliers de jeunes hommes célibataires problématique à terme. Déjà, des parents hésitent à laissersortir seules leurs filles le soir… « Tous mes amis sont partagés, observe un responsable de la Fondation Friedrich-Ebert, proche du Parti social-démocrate (SPD). D’un côté, ils sont pour l’accueil des réfugiés, de l’autre, ils disent que c’est une folie. »

Et de pointer une conséquence de cette politique : « On va avoir en Allemagne un parti populiste à la droite de la CDU. » Sorte de Front national allemand, le mouvement Alternative pour l’Allemagne (AfD) est crédité d’environ 10 % dans les sondages. De plus, plus de 800 attaques ont été dénombrées en 2015 contre des foyers de réfugiés. Quatre fois plus qu’en 2014.

Des alliés traditionnels déroutés

Si Angela Merkel refuse toujours de fixer une limite au nombre de réfugiés que l’Allemagne peut accueillir, elle a lâché du lest lors du congrès de la CDU. La chancelière a précisé qu’il fallait désormais « réduire l’afflux de réfugiés » car « l’Etat comme la société » risquent d’être « trop sollicités ». Une inflexion est donc en cours…

Angela Merkel s’est aussi mis à dos ses alliés, les conservateurs européens, qui goûtent peu sa politique migratoire. Sans parler des pays d’Europe de l’Est qui, jusqu’à présent, suivaient à peu près la politique européenne de l’Allemagne, et figurent désormais parmi ses plus farouches adversaires. La tentative d’Angela Merkel de répartir« équitablement » les réfugiés en Europe s’est même soldée par un fiasco.

Certes, en Allemagne, la popularité de la chancelière n’a pas plongé. Elle a même été acclamée comme jamais par son parti lors du congrès du 14 décembre. Mais elle a suffisamment régressé dans l’opinion pour qu’une quatrième candidature de « Mutti » à la chancellerie soit désormais loin d’être une évidence. Héroïne, peut-être. Consensuelle, de moins en moins.

Cet animateur jeunesse d’Argenteuil, avec son association Force des mixités, fourmille d’idées pour stimuler les quartiers en difficulté.

Abdellah Boudour a décidé d'organiser une action autour de la littérature dans sa cité d'Argenteuil.

Lorsqu’on le rencontre, avec son air timide et ses épaules qui tanguent à chaque pas, on a du mal à reconnaître le beau gosse un peu frimeur qui parade sur le site de l’association Force des mixités (FDM). Car à l’écran, ce trentenaire, animateur jeunesse à Argenteuil, ne lésine pas. S’affichant en costume noir et chemise blanche, lunettes à la Malcolm X, le regard planté dans vos yeux. L’image suivante, il pose en doudoune moulante au côté de Zinédine Zidane.

Ce matin de décembre, le jeune homme se contente d’un jogging noir et se fraie un chemin entre les tables de la cafétéria Carrefour de Sartrouville. Depuis que le Franprix a fermé, il n’y a plus de café ouvert le matin sur la grande dalle d’Argenteuil. Il a dû plier son mètre quatre-vingt-dix-huit dans sa Smart bleu marine pour trouver un endroit où se poser dans cette banlieue bétonnée du Val-d’Oise. A côté de turfistes chibanis, qui se serrent à la table voisine, le trentenaire raconte son histoire et celle de la Dictée des cités.

Vitor Hugo ou Saint-Exupéry au pied des barres de HLM

Voilà deux ans et demi qu’Abdellah Boudour réussit à fairetranspirer des gamins de banlieue sur des textes de Victor Hugo ou de Saint-Exupéry lors de gigantesques dictées en plein air. Et en plus ils semblent y prendre plaisir. Les enfants et les ados écoutent, torturent leur stylo Bic, raturent et se soufflent discrètement les réponses. On y croise même des adultes – mamies bien mises, grands-pères à casquette ou mères voilées –, qui s’y amusent tout autant. Rassembler ainsi dans une compétition d’orthographe des dizaines d’habitants au pied de leurs barres d’immeubles, ça n’était pas gagné.

Dans ces quartiers populaires, on a plus l’habitude de se tester lors de battles sur des rimes de rap ou de figures de street dance qu’à coups de participes passés ou de subjonctifs. Quand le jeune homme, secondé par l’auteur de polars Rachid Santaki, a lancé la première édition de la Dictée des cités, un soir d’août 2013, lui-même n’y croyait pas. Il voulait faire une action autour de la littérature dans sa cité. Pour changer du hip-hop et de la boxe. Il a distribué ses flyers, alpagué les enfants un par un, avec d’autres bénévoles de son association. « On avait emprunté 40 chaises et on s’est retrouvé avec 250 personnes assises par terre, une feuille sur les genoux », sourit-il.

Abdellah Boudour, chez lui, sur la Dalle à Argenteuil où il a organisé sa première dictée. « On avait emprunté 40 chaises et on s’est retrouvé avec 250 personnes assises par terre. »

Il se souvient encore des visages plein d’excitation, attendant le verdict d’un « zéro faute ». Il y avait une paire de Nike Air Jordan à la clé. Depuis, il se promène de ville en ville. Des quartiers nord de Marseille à La Courneuve, Stains, Toulouse-le Mirail, Strasbourg-la Meinau… Trente-trois dictées ont été organisées. La dernière, à Saint-Denis, a réuni près de mille participants, dont Myriam El Khomri, alors secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, Valérie Pécresse, le comique Booder, ou le boxeur ­Grégory Choplin.

Abdellah Boudour, fils d’un chauffeur de poids lourd et d’une secrétaire, tous deux venus d’Algérie à la fin des années 1970, n’était pourtant pas porté sur les études. Comme beaucoup de ses camarades, il a décroché au lycée, préférant courir après un ballon plutôt que lire des livres. Avec ses potes de la cité la Haie-Normande, une des barres du grand ensemble HLM, il anime aussi des tournois de football pour les enfants qui ne partent pas en vacances.

Un passage éclair en politique, avec Rachida Dati

Il était là, le 25 octobre 2005, quand Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur et futur candidat à la présidentielle, a fait sa fameuse virée sur la Dalle à Argenteuil, lâchant son célèbre : « On va vousdébarrasser de la racaille ! » Abdellah s’est alors avancé, tentant d’argumenter : il y a aussi des jeunes qui veulent réussir dans les quartiers. Lui est sans diplôme, explique-t-il, mais plein d’ambition. Le lendemain, il est convié au cabinet du ministre, Place Beauvau. Le jeune Argenteuillais va servir durant quelques mois de boîte à idées à Rachida Dati. Ce sera l’une de ses rares incursions politiques. « C’est pas fait pour moi. Je préfère rester autonome, sinon je n’aurai plus de crédibilité. J’en ai vu tellement des associations champignons », lâche-t-il.

La même année, il fonde Force des mixités (FDM) avec ses amis du quartier. Ses modèles sont Jamie Hector ou Sonja Sohn, deux acteurs noirs de la série américaine « The Wire », investis dans l’aide aux quartiers déshérités de Baltimore. Mais il dit aussi son admiration pour la patronne de Fimalac et présidente de l’association Force Femmes, Véronique Morali. « Il a appris les outils de la com’ et se débrouille assez bien », s’amuse son ami d’enfance Djamel Mazi, aujourd’hui journaliste à iTélé.

“Il suffit de regarder autour de soi dans le quartier pour trouver quoi faire. On voit bien qu’il y a trop de petits dehors, que les mamans ne s’en sortent pas, que les papis sont seuls.”

Avec son association, Abdellah est un touche-à-tout de l’engagement. Commençant par l’aide aux devoirs et les tournois de foot, enchaînant avec la collecte de fournitures scolaires puis celle de denrées alimentaires, organisant des séances de sensibilisation sur les femmes battues, embrigadant des gamins pour porter les packs d’eau pour les retraités lors de la sécheresse… « Il suffit de regarder autour de soi dans le quartier pour trouver quoi faire. On voit bien qu’il y a trop de petits dehors, que les mamans ne s’en sortent pas, que les papis sont seuls », raconte le trentenaire de sa voix douce. Avec son sens de l’image – il associe toujours une célébrité du cru, inonde les réseaux sociaux –, le jeune homme parvient à intéresser les médias et commence à se faire un nom.

Collecte de fournitures scolaires, de denrées alimentaires, aide aux devoirs… Abdellah Boudour multiplie les formes d’engagement.

Ses projets se succèdent. Au plus près du terrain, et en se tenant loin des élus. Le militant n’en démordra pas, malgré les appels du pied des maires successifs. « C’est un acteur associatif qui sort du lot parce qu’il voit grand », remarque Nabil Koskossi, directeur du service jeunesse d’Argenteuil. L’avis est partagé par le rappeur Mac Tyer, qui l’épaule lors de ses opérations caritatives : « Il vous pousse à croire que tout est possible. » En novembre, le « Bernard Pivot des cités » s’est mué en Alain Decaux, avec un nouveau concours pour parler histoire de France dans les quartiers : « La France en questions », un quiz culturel pour « mettre en avant l’histoire de France, la République, après les attentats ». Le premier prix est une PlayStation.

Capture d’écran 2015-12-17 à 17.14.54

You Tube/Libertad Digital / Hospital Carlos Haya de Malaga

C’est une première en Europe, un homme a été opéré du cerveau sans anesthésie générale afin de pouvoir cartographier les zones de son cortex liées au langage musical. Le patient est resté réveillé pendant toute l’opération et a même joué du saxophone pendant qu’on lui retirait une tumeur cérébrale. Mercredi 16 décembre, la presse espagnole a rapporté l’exploit menée par une équipe de seize personnes : neurochirurgiens, neuropsychologues, neurophysiologues, anesthésistes et infirmiers de l’hôpital Carlos Haya de Malaga.

Concrètement, explique El Mundo, Carlos Aguilera, a été maintenu semi-conscient pendant les douze heures de l’intervention, y compris pendant la phase de résection de la tumeur. Il s’agissait de vérifier que la chirurgie ne touchait pas des zones qui affecteraient ses capacités musicales, pour limiter les risques de séquelles. L’opération a eu lieu le 15 octobre et a été présentée ce mercredi à la presse, en présence de l’intéressé, qui a interprété deux morceaux au saxophone, notamment la ballade jazz Misty qu’il avait déjà jouée le 15 octobre.

Cartographier son cortex cérébral

Le jeune homme de 27 ans avait commencé à ressentir des nausées il y a quelques mois. Trente jours à peine après que sa tumeur a été diagnostiquée, il était opéré. Pendant l’intervention, la participation active de Carlos Aguilera était essentielle, aussi bien pendant la première phase, destinée à cartographier les zones de son cortex cérébral, que pendant la phase de résection de sa tumeur.

Il a notamment dû compter à plusieurs reprises de un à dix, lire des textes, une partition, et enfin jouer plusieurs morceaux, pendant que les médecins stimulaient l’aire du cortex où se situent les zones liées au langage musical, raconte le journal La Opinion de Malaga« Lors de la phase finale, il était très important qu’il joue parce que nous intervenions sur une partie très proche du cortex auditif », explique le neurochirurgien Guillermo Ibanez.

A l’hôpital Carlos Haya, douze patients ont déjà été opérés ainsi, sans anesthésie générale, afin que soit réalisée une cartographie des zones du langage de leur cortex cérébral. Un homme a été opéré du cerveau en jouant du violon en 2010 aux Etats-Unis.

Cette technique est très utile, note le neurochirurgien, puisqu’elle permet la résection de zones plus grandes, ce qui diminue la probabilité de rechute.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Delicious
  • Digg
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Signaler ce contenu comme inapproprié

Un « Gremlins 3 » se prépare. Dans la foulée, le retour d’autres blockbusters est annoncé. De quoi séduire une foule de jeunes ados et rendre nostalgiques beaucoup de leurs parents.

« Blade Runner 2 », un retour en… 2019 ?

Harrison Ford dans "Blade Runner" de Ridley Scott.

La suite de ce mythique film de science-fiction réalisé par Ridley Scott en 1982 est prévue mais n’a pas encore été tournée. Pour voir sur grand écran Blade Runner 2, peut-être faudra-t-il attendre 2019, année où, justement, l’histoire se situe. En attendant, on sait déjà que Ryan Gosling marchera dans les pas d’Harrison Ford et que le Canadien Denis Villeneuve sera derrière la caméra, à la réalisation.

 

« Les Goonies 2 », come-back annoncé

Quatre copains des "Goonies", comédie de 1985.

Evoquez devant n’importe quel quadra cette comédie de 1985 réalisée par Richard Donner, et vous verrez sans doute une lueur apparaître dans ses yeux. Il y a en effet peu de chances qu’il soit passé à côté du phénomène Goonies, du nom d’une bande de gamins déterminés à retrouver un trésor. L’acteur Sean Astin a récemment garanti « à 100 % » le retour des Goonies. La lueur au bout du tunnel.

 

« Top Gun 2 », décollage retardé

Tom Cruise dans "Top Gun", en 1986.

Réalisé par Tony Scott en 1986, ce film d’aviation qui a propulsé la carrière de Tom Cruise aura droit à un nouveau décollage, à une date encore indéterminée. Sur sa page Facebook, Val Kilmer a, il y a peu, laissé fuiter qu’il reprendrait son rôle, et a confusément évoqué le nom du réalisateur Francis Ford Coppola – cela reste à confirmer. Tom Cruise, lui, est partant… à condition de piloter un avion pour de vrai.

 

« S.O.S. Fantômes 3 », salles hantées dès juillet

Bouffe-tout, le fantôme vorace de "SOS Fantômes 2", en 1989.

Après plusieurs faux départs, le troisième opus de la saga loufoque lancée par Ivan Reitman en 1984 devrait voir finalement le jour outre-Atlantique en juillet prochain. Réalisé par Paul Feig, ce volet au casting entièrement féminin sera un « reboot », soit un nouveau départ déconnecté de l’histoire originale. Bill Murray et Dan Aykroyd devraient toutefois y faire quelques apparitions fugaces.

 

« Gremlins 3 », monstres en vue

Les vilains petits monstres de "Gremlins 2", en 1990.

Les fans du Mogwaï Gizmo, boule de poils à manier avec précautions, reprennent espoir. Alors que la rumeur d’un Gremlins 3 enfle et retombe régulièrement, Zach Galligan, héros des deux premiers volets sortis en 1984 et 1990, a confirmé le 27 novembre qu’un film est bien en préparation. « Ni reboot ni remake », a-t-il lâché, mais quelque chose « dans la lignée de Jurassic World », soit une intrigue qui tient compte des 25 années écoulées.